Site institutionnel du CNRS|attribut_html
Le rendez-vous de l’innovation

Les Partenaires
des Innovatives

Ministère de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche ABG - L'intelli'agence Fist SA

Rechercher




Accueil > Éditions précédentes > Voiture du futur > Posters > Mobilité

Des boitiers enregistreurs pour anticiper les accidents

par DIRE - publié le , mis à jour le

Des boitiers enregistreurs pour anticiper les accidents

Thierry Serre (Laboratoire Mécanismes d’Accidents)
Vincent Ledoux (CEREMA)
Michèle Guilbot, Claire Naude (Laboratoire Mécanismes d’Accidents)
Eric Violette, Peggy Subirats, Yves Bonin (CEREMA)
Maxime Dubois-Lounis (Laboratoire Mécanismes d’Accidents)

Des boitiers enregistreurs pour anticiper les accidents

Contexte :
La diminution de l’accidentalité routière et les difficultés rencontrées pour recenser précisément les accidents ne permettent plus de tirer suffisamment d’enseignements opérationnels pour orienter efficacement une politique locale de sécurité routière.
Par ailleurs, des enregistreurs embarqués (EDR) dans les véhicules sont de plus en plus utilisés pour de nombreuses finalités or ils peuvent permettre de recueillir des données d’incident qui apparaissent comme complémentaires aux données d’accidents et ainsi les anticiper.
Objectifs :
Cette recherche intitulée S_VRAI (Sauver des Vies par le Retour d’Analyse sur Incidents) s’appuie sur le développement et le déploiement d’EDR dans des véhicules permettant de recueillir en mode totalement automatisé des situations d’accident et d’incident. Lorsque certains paramètres dynamiques du véhicule (accélérations, vitesses …) dépassent des seuils correspondant à des situations incidentogènes, l’ensemble des mesures acquises pendant les 30 secondes avant et les 15 secondes après sont stockées puis transmises via GSM vers un serveur de base de données.
Résultats :
Les travaux ont permis :
- le développement de boitiers EMMA (Enregistreur EMbarqué des Mécanismes d’Accidents). Ces derniers disposent de capacités de calcul embarquées importantes, de fonctionnalités de communication évoluées et d’une qualité de fabrication industrielle (voir figure). Les données recueillies sont traitées grâce à une architecture d’exploitation reposant sur un serveur web.
- le déploiement de boitiers EMMA sur une cinquantaine de véhicules appartenant à des collectivités locales et territoriales. Une procédure juridique appropriée a notamment été mise en place afin d’obtenir l’autorisation de la CNIL pour un recueil de données d’une durée de 12 mois.
- de démontrer l’opérationnalité de tels systèmes. Le recueil a permis de collecter plus de 3 500 trajets représentant plus de 100 000km parcourus couvrant ainsi une large partie du territoire national. Plus de 1 500 évènements dont environ 350 incidents ont été relevés (voir figures).
Conclusions :
De nombreuses exploitations thématiques ont été définies et réalisées sur la base de ces recueils, notamment aux niveaux de l’incidentalité utilisé comme indicateur de l’insécurité routière, de l’amélioration de la connaissance des mécanismes d’accidents, de l’analyse des comportements de conduite mais aussi des relations entre les incidents et l’infrastructure. Les résultats ont montré que dans la majorité des incidents, l’infrastructure a joué un rôle et que les zones à risques d’un réseau routier pouvaient être identifiées à l’aide de véhicules équipés d’enregistreurs embarqués. La phase suivante du projet S_VRAI consistera à assurer un déploiement de masse des boitiers enregistreurs au travers d’un partenariat Etat/Collectivités, afin d’étendre l’analyse d’incidents à une plus grande échelle et de couvrir l’ensemble du territoire.

Téléchargez le poster
pdf - 364.6ko