Site institutionnel du CNRS|attribut_html
Le rendez-vous de l’innovation

Les Partenaires
des Innovatives

Ministère de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche ABG - L'intelli'agence Fist SA

Rechercher




Accueil > Éditions précédentes > Voiture du futur > Posters > Nuisances

Véhicules électriques et hybrides : un atout pour réduire le bruit de trafic ?

par DIRE - publié le , mis à jour le

Véhicules électriques et hybrides : un atout pour réduire le bruit de trafic ?

Marie-Agnès Pallas, Michel Bérengier, Roger Chatagnon, IFSTTAR

Véhicules électriques et hybrides : un atout pour réduire le bruit de trafic ?

Le contexte législatif et réglementaire européen vise à limiter le bruit environnemental auquel la population est exposée. Les véhicules électriques (VE) et hybrides (VH) sont une solution possible pour réduire le bruit de trafic. On assiste à une croissance du parc de ces véhicules, et l’amélioration de leur autonomie conduit à les rencontrer en dehors des villes.

Objectifs : Surtout étudié à ce jour en contexte urbain pour des préoccupations sécuritaires liées au faible bruit, l’impact sonore de ces véhicules doit encore être exploré sur les réseaux nationaux. Outre une description de l’émission de bruit, le projet FOREVER avait pour objet de déterminer les données d’entrée nécessaires à leur prise en compte dans les modèles européens d’évaluation du bruit, et d’établir des prévisions sonores en fonction de l’évolution du parc électromobile.

Résultats : des mesures effectuées sur quelques véhicules (légers ou de moyen tonnage) électriques ou hybrides ont permis de caractériser leur émission sonore à différentes allures. En comparaison aux véhicules thermiques classiques, le bruit de propulsion des VE est significativement réduit en dessous de 40-50 km/h. La sollicitation du moteur électrique en récupération d’énergie amène une contribution sonore en décélération et freinage. Les pneumatiques « écologiques » ou ceux spécifiques aux VE ne semblent pas réduire le bruit de roulement.

Conclusions : la réduction importante du bruit de propulsion aux vitesses urbaines se traduit par un bénéfice faible – voire négligeable – sur le bruit de trafic, occultée par la présence des véhicules thermiques conventionnels. Sur les réseaux nationaux, l’effet est notable uniquement dans les zones à vitesse limitée ou en situation de congestion. Aux autres vitesses, une réduction du bruit ne pourra résulter que d’une baisse future du bruit de roulement.

Partenaires FOREVER : TRL (GB), AIT(A), IFSTTAR (F), TCD (IRL), Univ. Bath (GB)
Financeur : CEDR (Conférence Européenne des Directeurs des Routes)

Téléchargez le poster
525.2ko

Partenaires Voiture du futur

Ifsttar - Institut français des sciences et technologies des transports de l'aménagement et des réseaux Club de Paris des directeurs de l'innovation