Site institutionnel du CNRS|attribut_html
Le rendez-vous de l’innovation

Les Partenaires
des Innovatives

Ministère de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche ABG - L'intelli'agence Fist SA

Rechercher




Accueil > Éditions précédentes > Voiture du futur > Posters > Sécurité

Automatisation des véhicules et situation d’urgence : Outils pour la simulation des interactions avec les occupants depuis la détection jusqu’au crash

par DIRE - publié le , mis à jour le

Automatisation des véhicules et situation d'urgence : Outils pour la simulation des interactions avec les occupants depuis la détection jusqu'au crash

Thomas Robert, Karine Bruyère, François Bermond, Xuguang Wang, Philippe Beillas, IFSTTAR

Automatisation des véhicules et situation d’urgence : Outils pour la simulation des interactions avec les occupants depuis la détection jusqu’au crash

Les dispositifs de sécurité active basés sur une automatisation du véhicule devraient permettre d’optimiser les conditions des situations d’urgence dans la circulation des véhicules du futur. Que ce soit dans des conditions d’automatisation totale ou partielle, la capacité des passagers ou du conducteur à se maintenir dans une posture optimale de sécurité dans l’habitacle et à garder la maitrise du véhicule si besoin, doit être assurée. Cette posture peut être influencée par la réaction de l’occupant lorsque celui-ci perçoit la survenue probable d’un évènement indésirable (raidissement, réflexe de protection, …) et/ou du fait de manœuvres de mitigation (freinage d’urgence/d’évitement par exemple) déclenchées automatiquement, probablement à l’insu de l’occupant. Par ailleurs la diversité des occupants (anthropométrie, âge, capacités fonctionnelles…) doit être prise en compte. On peut par exemple s’interroger sur les capacités d’un occupant âgé à maintenir sa posture assise lors d’un freinage d’urgence, et ainsi de se retrouver dans une situation défavorable (ex : la tête trop proche d’un airbag) si l’accident ne pouvait être évité.

La sécurité des occupants du véhicule du futur passe donc par l’acquisition de connaissances sur ces phénomènes pré-crash, actifs ou passifs. Cela passe par l’observation du comportement de sujets volontaires, en situation de crash virtuel ou de décélérations modérées. Ce type d’expérimentations est déjà mis en œuvre au LBMC. On peut citer par exemple l’observation de la réaction du conducteur en situation de pré-crash reproduite sur simulateur de conduite (Fig.1) ou celle de sujets soumis à des chocs légers avec ceinture (Fig.2).

Téléchargez le poster
pdf - 408.6ko